Bref historique

Version imprimableVersion imprimable

Si le développement officiel débute sur le territoire sous le régime anglais, des recherches archéologiques révèlent l'établissement du plus ancien village amérindien connu au Québec dès 1320 (datation radiocarbone, site McDonald) et du plus important village amérindien en termes de superficie (site Droulers). Ce village, associé à  l'occupation des Iroquoiens du Saint-Laurent pendant la période préhistorique, soit avant 1534, a fait l'objet d'une reconstitution fascinante au Centre d'interprétation du site archéologique Droulers/Tsiionhiakwatha.

Sous le régime français, la concession par le Roi de France, en 1729, d'un vaste territoire qui s'étant à  l'ouest de la seigneurie de Châteauguay jusqu'à  l'actuelle Montée Seigneuriale (hameau de Dewittville, Godmanchester) aux frères Charles et Claude de Beauharnois de Beaumont, marque un autre volet de l'histoire du Haut-Saint-Laurent. Ce territoire, qui prit le nom de Seigneurie de Beauharnois, changea de propriétaire à  plusieurs reprises et connu peu d'habitation avant 1800, hormis quelques canadiens français et squatters américains.

C'est au début du XIXe siècle que le développement de la région s'amorce avec l'arrivée d'immigrants écossais, Irlandais et Américains. Reconnaissant rapidement la possibilité d'exploiter la puissance hydraulique générée par les eaux des rivières Châteauguay, Trout et des Anglais, les pionniers s'établissent majoritairement en bordure de cours d'eau. Le commerce de la potasse et du bois, l'agriculture, la construction de chemins de fer et l'exploitation de dépôts argileux sont alors les principales activités économiques du Haut-Saint-Laurent. À la fin du XIXe siècle, on y retrouve même, à  Ormstown plus précisément, le centre québécois de l'industrie de la brique.

Que ce soit en ingénierie, en architecture domestique, agricole ou religieuse, la signature du savoir faire anglo-saxon se reconnaît encore dans les paysages de la région, aujourd'hui habitée par autant de francophones et d'anglophones, qui ont plaisir à  vivre ensemble, depuis des générations.

1870

1910

 

Dewittville Ormstown Franklin

 

Franklin